La marque territoriale - Audace Marketing
69301
post-template-default,single,single-post,postid-69301,single-format-standard,qode-core-1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,pitch child-child-ver-1.0.0,pitch-ver-1.8, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,grid_1300,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

La marque territoriale

Nos régions, nos villes et nos municipalités sont maintenant en compétitivité l’une contre l’autre pour se démarquer et se distinguer.

Le citoyen « consomme » maintenant ses lieux de vie en changeant de ville jusqu’à quatre fois dans sa vie, en fonction de nos stades de vie et de ses habitudes. Le premier choix d’une ville se fait en fonction des études, le deuxième pour un premier emploi, ensuite pour fonder une famille et finalement, en fonction de la retraite. Les besoins évoluent et on se magasine une ville ou une région qui va nous offrir les avantages et bénéfices correspondant à notre style de vie. Par ailleurs, les jeunes milléniaux sont susceptibles de changer de milieu de vie encore plus souvent.

Les enjeux sont grands pour les communautés qui cherchent à renforcer leur attractivité pour les jeunes familles, les entreprises, les investisseurs et les touristes. Il est bien d’attirer de nouveaux venus, mais il ne faut pas négliger la rétention des gens qui sont déjà installés.
Pour la Municipalité ou la Ville, tout est dans sa façon de communiquer. Sa marque territoriale ne doit pas se résumer à un logo. La première étape pour établir une marque territoriale, qui est en quelque sorte une marque de produit, c’est de définir qui nous sommes; trouver notre personnalité. On peut par exemple se baser sur notre histoire, notre patrimoine. Et on doit se fixer un but, une vision.

La communauté travaille fort pour se développer, mais si on veut faire de la mobilisation, il faut se donner un but à atteindre. On doit établir ses valeurs. Si, par exemple, on veut se définir comme étant une région avec un grand souci  pour l’écologie et la qualité de l’environnement, et que d’un autre côté, on favorise un développement polluant, cela crée de l’incohérence. Et pour une marque, la cohérence est essentielle.

On doit aussi faire ressortir les forces en présence dans notre milieu. On parle souvent de qualité de vie, mais ce n’est pas suffisant. Les régions et même les grandes villes se définissent toutes comme ayant une belle qualité de vie. Il faut aller encore plus loin et préciser ce qui nous différencie. C’est ce qu’on appelle le positionnement : ce qui rend notre ville, notre région unique. Il s’agit ici de faire ressortir les avantages distinctifs. Pourquoi choisirais-je cette ville, précisément? Qu’est-ce qu’elle va me donner par rapport à ce que je recherche?

Après avoir bien réfléchi à tous ces éléments vient la communication : la création de la signature, du visuel, du site web, etc. Il faut donc réfléchir avant de s’afficher; et réfléchir avec nos citoyens.

Parmi les avantages et bénéfices que cela rapporte, il y a la mobilisation et la fierté des citoyens, des acteurs politiques, des investisseurs, des entrepreneurs, des visiteurs. On veut tous demeurer dans une région qui va bien. Mieux connaître nos forces nous permet ainsi d’atteindre le but premier : la rétention de nos citoyens.

Cette réflexion permet

– D’éviter de s’éparpiller. On sait où l’on veut mettre nos efforts, nos énergies et nos ressources.

– De donner confiance à nos clientèles (investisseurs, entrepreneurs). Le message est positif et  attrayant.

– De se démarquer dans un contexte de compétitivité mondiale en faisant ressortir du lot notre territoire.

Les villes se sont approprié ces techniques de démarcage il y a un certain nombre d’années. En région, le marketing territorial est plus récent, de l’ordre de 15 ou 20 ans. Mais il s’agit d’un positionnement important qui devient un enjeu stratégique pour la prospérité et la croissance de nos régions.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.